Dans sa mission éducative, le Collège assure l’accessibilité à une formation de qualité grâce à un soutien approprié dans le cheminement de tous ses étudiants. Le service d’aide aux personnes ayant une limitation fonctionnelle travaille à mettre en place l’accueil, le soutien et les services qui permettront une meilleure intégration scolaire et sociale de ceux-ci.

Des conseillers en services adaptés, orthopédagogues, psychologues, infirmière, médecin, aides pédagogique ou conseillères en orientation s’ajoutent aux interprètes, accompagnateurs, preneurs de notes et tuteurs pouvant être associés à l’intégration de chaque personne en situation de handicap.

Le service d’aide a trois objectifs :

  • soutenir la transition entre le secondaire et le collégial;
  • faciliter l’accueil et l’intégration académique, pédagogique et sociale au Collège;
  • poursuivre des actions qui visent à améliorer la réussite scolaire.

Les principes de base de l’intégration des personnes en situation de handicap

La Direction générale de l’enseignement collégial promeut depuis déjà plus de trente ans l’intégration des étudiantes et étudiants en situation de handicap en milieu collégial. Dans les dernières années, la notion de handicap s’est élargie grandement en lien avec la Charte des droits et libertés de la personne et aussi avec la loi assurant l’exercice des droits des personnes handicapées en vue de leur intégration scolaire, professionnelle et sociale.
La Commission des droits de la personne expose d’ailleurs la vision des tribunaux qui reconnaissent plusieurs handicaps comme étant protégés par la Charte. Cette notion inclut des limitations sensorielles, motrices ou neurologiques, des troubles de l’apprentissage ou des problèmes de santé mentale. Cette commission a publié en mars 2012 un avis exhaustif visant à répondre aux demandes adressées par plusieurs acteurs du réseau collégial concernant l’obligation d’accommodement des étudiants en situation de handicap.
Les principes reconnus qui sous-tendent l’intégration des personnes en situation de handicap et qui sont décrits plus bas sont inspirés des documents produits par ces organismes. Ils ont pour effet de définir les actions requises permettant aux personnes concernées de poursuivre des études postsecondaires au même titre que tout autre étudiant.

1- L’intégration scolaire s’effectue à parts égales, sans discrimination ni privilèges.

Ce premier principe soutient que la personne en situation de handicap est une étudiante ou un étudiant comme tous les autres possédant ses propres capacités d’apprentissage et sa propre personnalité. À ce titre, elle est tenue d’assumer son rôle d’étudiante ou d’étudiant avec tout ce que cela implique, puisque chacun est responsable de sa réussite ou de son échec.  
Cette prémisse étant posée, le professeur doit s’attendre à ce que cette personne respecte ses exigences tant au niveau des échéanciers pour la remise de ses travaux, de la présence et de la participation aux cours que de la qualité des travaux remis et autre exigence demandée à tous.

La personne sera donc évaluée selon les mêmes critères permettant de vérifier s’il a atteint ou non les objectifs du cours. Les moyens pour atteindre les compétences attendues pourront varier.

2- La réalisation de l’intégration est une action qui interpelle plusieurs parties.

Ce second principe nous mentionne que la personne en situation de handicap est concernée par son intégration en fonction de sa différence. Il lui appartient de l’assumer. Elle doit accepter les implications de ses limitations dans l’exécution des tâches relatives à son travail d’étudiant (ex: prendre plus de temps qu’un autre pour lire le même nombre de pages compte tenu de sa déficience visuelle) et elle s’attendra de la part du professeur, à une considération égale à tous les autres étudiants, ni plus ni moins.

Le Collège a une obligation de moyens et non de résultats. En accueillant la demande d’accommodement, le Collège doit l’analyser et valider si elle est de l’ordre du raisonnable, ne produisant donc pas de contraintes excessives. Toute demande d’accommodement est traitée au cas par cas, en fonction des besoins spécifiques de chaque individu.

3- Le rôle du Collège est de fournir moyens et soutien approprié pour favoriser cette  réalisation.

Le rôle de la personne responsable du dossier de l’intégration dans votre établissement est de soutenir la personne concernée ainsi que le professeur qui le reçoit dans sa classe. Pour l’étudiante ou l’étudiant, ce soutien se concrétise par la mise en place de services qui pallient les limitations découlant de la nature de la situation de handicap. Ces services interviennent sur les limitations qui agissent directement sur les principales tâches d’un étudiant à savoir: lire, écrire, écouter, manipuler, se déplacer et communiquer.

Le soutien au professeur s’actualise par la transmission d’informations relatives à la condition de la personne en situation de handicap, l’explication des mesures d’accommodement nécessaires et l’aide à la gestion des défis que pose parfois l’application des moyens choisis pour une meilleure intégration.

 

 

La Direction des affaires étudiantes et des relations avec la communauté est située au C-1518.

Service d’aide à l’apprentissage

Téléphone : 450 975-6100, poste 6363