Arts visuels, intégration multimédia et muséologie


Guillaume Arseneault

Artiste et chercheur en nouvelles technologies

Guillaume Arseneault détourne pixels, octets, photons et longueurs d’onde en utilisant la programmation logicielle et l’électronique pour créer des expériences interactives novatrices.

Captivé par les relations entre le mouvement, l’électricité, le digitale et le vivant, il hybride les technologies pour créer des instruments-interactifs où l’efforts alimente le spectaculaire et l’intrigant. Sensible à l’obsolescence programmée, il conçoit dans une perspective réductionniste cherchant l’affranchissement à travers la maitrise des matériaux.

De l’installation immersive à la projection architecturale en passant par la conception sonore, lumineuse et technologique, la diversité des projets constitue son carburant créatif. Actif depuis 2010, ses créations interactives ont été présentées entre autres par Ars Electronica *Mutek MASSIVart, Eastern Bloc, le Quartier des spectacles, les RIDM, ArtBangBang, le FNC, Igloofest, la Société des arts technologiques, l‘Office national du film du Canada et le Filmforum. Depuis 2011 il travaille l’interactivité au sein d’artificiel, studio de création.

Performance Cycles de Feedback pour Oscillographe, suivie d’une conférence

Liliane Audet, chargée d’éducation artistique

Liliane Audet est chargée de l’éducation artistique à la salle Alfred-Pellan de la Maison des arts de Laval depuis 5 ans; elle travaille à la conception et la réalisation d’activités éducatives sur mesure pour les différents publics : scolaire, familial, adulte, communautaire. Madame Audet est diplômée en histoire de l’art (UQÀM, 2006) et en muséologie (UQÀM-UdeM, 2011) avec un profil spécialisé en médiation de l’art contemporain. En plus de ses années d’expériences en animation, elle a développé un programme éducatif au Musée de Lachine, coordonné des projets de médiation culturelle dans des écoles primaires et récemment réalisé un projet de recherche sur la médiation à la Biennale de Venise. Elle est également co-fondatrice de l’organisme Espace Projet – art actuel et design – et responsable du volet de médiation culturelle depuis 2012.

Conférence-visite | Exposition « Espace sans espèces » à la Salle Alfred-Pellan

Annick Bergeron

Historienne de l’art

Annick Bergeron est détentrice d’une Maîtrise en histoire de l’art autochtone et rupestre (Art dorsetien) (UQAM) et d’un Diplôme de 2 cycle gestion culturelle et patrimoniale. Elle a vécu 10 ans en Bolivie. Elle a participé à différents projets de coopération utilisant l’art et la culture pour le développement local. Parmi les projets qu’elle a fait vivre, on trouve notamment le mise sur pied d’un centre culturel alternatif dans un édifice laissé vacant à Cochabamba, la participation citoyenne par l’entremise d’une troupe de danse contemporaine, et la mise en valeur du patrimoine archéologique bolivien (art rupestre, considéré comme la plus ancienne trace humaine d’occupation par l’art).

Conférence

Simon Beaulieu

Cinéaste et scénariste

Cinéaste et scénariste, Simon Beaulieu a écrit et réalisé trois longs métrages documentaires abordant la question de l’engagement de l’artiste dans la société ainsi que celle de la survivance de la culture québécoise: Lemoyne en 2005, Godin en 2011 ainsi que Miron: un homme revenu d’en dehors du monde en 2014, documentaire exploratoire sur le poète québécois Gaston Miron présenté dans de nombreux festivals au Québec ainsi qu’à l’international. En 2018, il coscénarise le long métrage La grande noirceur du réalisateur Maxime Giroux dont il signe aussi les dialogues. Simon Beaulieu termine présentement un long métrage documentaire produit par l’Office nationale du Canada, Le fond de l’air, film essai traitant de la disparition de l’espèce humaine à l’ère des nouveaux médias et des technologies de l’exponentielles et de l’algorithmiques.

BGL (Nicolas Laverdière)

Collectif d’artistes

BGL, le collectif d’artistes de Québec, est connu pour ses installations qui prennent possession des lieux d’exposition et des espaces publics. Décrit comme étant « provocants, critiques et explosifs », leurs travaux ont recours à l’humour et à l’extravagance pour attirer l’attention sur des enjeux sociaux et politiques. Les trois artistes : Jasmin Bilodeau, Sébastien Giguère et Nicolas Laverdière, ont commencé à se faire connaître dès leur sortie de l’Université Laval en 1996. Parmi les installations marquantes de leur parcours, mentionnons À l’abri des arbres au Musée d’art contemporain de Montréal, en 2001 ; Need to believe à Mercer Union, Toronto, en 2005 ; ainsi que Le discours des éléments, présenté à l’Oeil de Poisson, à Québec, en 2007. En 2011, BGL a remporté le concours d’intégration d’œuvre d’art à l’architecture de la Maison symphonique de Montréal. Plus récemment, il a gagné celui pancanadien de Montréal-Nord (la sculpture monumentale sera installée en 2015). Ils ont également décroché, en 2014, le concours d’œuvre extérieur pour le complexe aquatique des Jeux Pan-Am de Toronto, un important événement multisports panaméricain et ont été sélectionnés pour représenter le Canada à la Biennale de Venise.

Conférence et projection


Image du trio posé aux côtés de MONUMENT une oeuvre de leur ami sculpteur Michel de Broin

Isabelle Caron

Artiste-chercheuse en arts performatifs collectifs
Scénariste et journaliste

Isabelle Caron est docteure en communication (UQAM) et chargée de cours à l’École des médias de l’UQAM. Sa thèse de recherche-création portait sur les vécus de la création artistique au sein d’un collectif de création artistique engagé socialement et se focalisait sur le sens que les membres donnent à leur pratique. Engagée dans une pratique arrimant action culturelle, arts visuels et création collective, en plus de ses implications citoyennes et politiques, elle est membre de deux collectifs artistiques montréalais : Pourquoi jamais et le collectif Lebovitz. Isabelle signe la conception visuelle de multiples projets d’art performatif, théâtral et cinématographique.
Panel d’ouverture et conférence

Francis Carrier

Essentiellement influencé par les affiches vintage et la publicité colorée, le processus créatif de Frank First a ouvert la voie à de multiples tendances extraverties allant du graffiti aux beaux-arts. Habituellement équilibré entre influences typographiques et œuvres d’art figuratif, il concentre son travail sur le développement d’un juste équilibre entre des concepts plats et 3D. Non seulement son style a été stimulé par sa productivité en matière de graffiti, mais son intérêt pour le graphisme lui donne un nouveau goût d’art conceptuel. Ensemble, le graphisme et les arts visuels combinés favorisent la fluidité et la simplicité des motifs classiques d’influences du graffiti et du lettrage. Dans le cadre de la semaine des arts, Frank First tentera donc de présenter sa façon d’occuper les lieux en mettant l’emphase sur la structure du médium et de l’application de différents concepts visuels pour accentuer l’effet tridimensionnel du médium utilisé.

Marie-Pier Champagne

Chef technicienne en muséologie

Marie-Pier Champagne R., diplômée du Collège Montmorency en Techniques de muséologie, fait partie de l’équipe de techniciens de la Maison des arts de Laval depuis 2006 et assume la fonction de chef technicienne en muséologie depuis l’hiver 2010. Elle coordonne la production des expositions de la Salle Alfred-Pellan, de la conception sur plan jusqu’à l’installation au montage. Sa pratique comme technicienne est tournée vers le montage d’exposition temporaire spécifiquement en arts actuel et contemporain.
Conférence-visite | Exposition « Espace sans espèces » à la Salle Alfred-Pellan


Crédit photo: Lawrence Dupuis

Karine Charbonneau

Chef des expositions et registraire, Studio Lozano-Hemmer

Née à Montréal en 1975, Karine Charbonneau a complété en 1997 ses études en journalisme, anthropologie et histoire de l’art à l’Université de Montréal. Elle a représenté de nombreux artistes en arts visuels et médiatiques à Montréal, Berlin et Madrid, en contribuant à différents aspects de la production de leur travail dont la photographie, le film et la production d’événements. Elle a développé sa propre pratique à travers la scénographie vidéo à titre d’assistante à la création et à la production pour un studio de design. Après plusieurs années à l’étranger, elle revient à Montréal en 2009 pour joindre l’équipe du studio d’Antimodular, studio de recherche et de développement dirigé par l’artiste Rafael Lozano-Hemmer. Elle y occupe les fonctions de registraire et de chef d’exposition et y développe diverses présentations et expositions internationales.
Conférence

Jasmine Colizza

Muséologue et directrice artistiquer

Jasmine Colizza est responsable des arts visuels à la Maison des arts de Laval depuis 2009. À ce titre, elle assure la direction artistique et administrative de la Salle Alfred-Pellan (SAP). Elle a réalisé le plan directeur de la SAP en favorisant, d’une part, l’accompagnement muséologique des artistes et des commissaires et, d’autre part, l’accompagnement des visiteurs. Pour la Ville de Laval, elle a réalisé la politique d’acquisition de la collection d’œuvres d’art mobile et le cadre de gestion de l’art public.
Elle détient une maîtrise en muséologie de l’Université de Saint-Étienne, en France; un D.E.S.S. en médiation culturelle et un Master en communication et culture de l’Université Nice Sophia Antipolis, en France; et un baccalauréat en communications de l’UQAM.

Panel d’ouverture


Crédit photo: Lawrence Dupuis

Sylvie Fraser

Artiste et professeure d’Arts visuels

Sylvie Fraser est enseignante au Collège Montmorency au département des Arts visuels. Depuis plus de vingt ans, cette artiste a présenté plusieurs expositions individuelles et collectives. Son travail est multidisciplinaire et prend la forme d’installations sculpturales intégrant des matériaux organiques, d’interventions in-situ, de photographie urbaine et d’art public.

Panel de discussion sur l’art public

Karilee Fuglem

Artiste en résidence

Originaire de la Colombie-Britannique, Karilee Fuglem demeure à Montréal depuis 1989. Sa production prend plusieurs formes, dont le dessin, la photographie, l’écriture, le livre d’artiste et les installations spatiales, celles-ci souvent fabriquées avec des matériaux quasiment imperceptibles. Ses œuvres ont été présentées dans des expositions individuelles et collectives à travers le Canada et figurent dans des collections privées et publiques. Karilee Fuglem est représentée par la galerie Pierre-François Ouellette Art contemporain, où elle présente régulièrement des expositions depuis 2002.

Panel d’ouverture et résidence

Benoit Lamarre

Responsable – soutien au milieu, patrimoine et collections de la Division Art et culture de la Ville de Laval

Diplômé en histoire et en muséologie, Benoit Lamarre œuvre dans le domaine municipal depuis près de 15 ans. Au service de la Ville de Laval, il a travaillé à plusieurs projets de mise en valeur du patrimoine, de soutien aux organismes culturels lavallois et de maintien des équipements dédiés à la création et la diffusion. À titre de responsable à la Division art et culture, il a contribué au développement de la régie des collections qui œuvre au développement de l’art public sur le territoire de la municipalité. Mise en place à la suite de l’adoption du Cadre de gestion en art public de la Ville de Laval, cette instance a permis la création de nouvelles œuvres, mais surtout l’intégration de l’art public comme élément incontournable des projets d’immobilisation de la municipalité.

Panel de discussion sur l’art public

Daniel Langevin

Artiste et professeur au département d’Arts visuels

Daniel Langevin vit et travaille à Montréal. Son travail a été présenté au Québec (Centre Clark, galerie B-312, Parisian Laundry, Galerie McClure) au Canada (MOCCA, Art Toronto) et plus récemment au Portugal (PADA studios). Il a obtenu des bourses de recherches et création du Conseil des arts et des lettres du Québec et du Conseil des arts du Canada et a réalisé quelques œuvres d’art public, notamment au Centre des loisirs de Wesmount. Son travail fait partie de plusieurs collections publiques et privées au Canada et aux Etats-Unis. L’artiste est représenté par la galerie René Blouin.

Exposition «La somme du vide», foyer de la Maison des arts

Charlotte Panaccio-Letendre

Directrice générale et artistique de Verticale

Charlotte Panaccio-Letendre est directrice générale et artistique de Verticale – centre d’artistes. Elle a complété une formation universitaire, menant de front une maîtrise en Étude des arts (UQAM) et un diplôme d’études supérieures spécialisées en Gestion d’organismes culturels (HEC), après un baccalauréat en Arts visuels et médiatiques (UQAM). Elle s’est démarquée lors de l’organisation du colloque Art contemporain et hétérogénéité, tenu dans le cadre de la 69e édition de l’ACFAS. Dans les dernières années, elle se distingue par une implication soutenue comme administratrice de plusieurs organismes culturels régionaux et nationaux : vice-présidente du Réseau des organismes culturels et des artistes lavallois (ROCAL), 1ere vice-présidente du Conseil régional de la culture de Laval et présidente du Regroupement des centres d’artistes autogérés du Québec (RCAAQ). Elle est régulièrement invitée à joindre divers comités d’évaluation et jurys concernant la sélection de projets, notamment en art public.

Panel de discussion sur l’art public

Karine Payette

Artiste multidisciplinaire

Née en 1983, Karine Payette vit et travaille à Montréal. Artiste multidisciplinaire, son travail se déploie à travers l’installation, la photographie et la vidéo. L’artiste construit de vastes mises en scène ludiques et oniriques à partir de la récupération et l’assemblage de matériaux recyclés et fabriqués. Fascinée par les liens intrinsèques entre le concept d’identité et celui d’habitat, elle s’interroge sur les notions de confort et de contrariété dans un monde en perpétuelle transformation.

Son travail a fait l’objet de plusieurs expositions individuelles à travers la province de Québec. L’artiste a également participé à plus d’une vingtaine d’expositions collectives, principalement au Canada, mais également en France. En 2016, son travail a été présenté dans le cadre d’une exposition solo en Allemagne (Art Mûr Leipzig). Depuis 2015, Payette a réalisé trois projets d’intégration des arts à l’architecture pour des écoles montréalaises. Son travail se retrouve dans plusieurs collections privées ainsi que dans la collection du Musée d’art contemporain de Baie-Saint-Paul et de la Collection de prêt d’œuvre d’art du Musée national des beaux-arts du Québec.

Conférence-visite | Exposition « Espace sans espèces » à la Salle Alfred-Pellan

Villa

Véhicule d’arts actuels et numériques | Verticale

Inauguré au printemps 2018, Villa — véhicule d’arts actuels et numériques est le premier laboratoire mobile équipé pour la création numérique sur le territoire lavallois. Lieu de création et de production, de microdiffusion, de promotion et de médiation, Villa fait son apparition dans un contexte où Verticale ne bénéficie d’aucun lieu de création et de diffusion pérenne. Villa incarne le nomadisme propre au Centre et sa volonté d’entrer en contact avec la population, d’aller vers les gens, là où ils sont

Visite libre


Crédit photo: Alexis Bellavance

Cinéma

Dany Boudreault

Comédien, poète et auteur

Comédien, poète et auteur, Dany Boudreault complète sa formation en interprétation à l’École nationale de théâtre du Canada en 2008. Depuis sa sortie, il a eu le privilège de collaborer avec plusieurs metteurs en scène chevronnés. Se dédiant surtout à la création, il a foulé les planches de la scène montréalaise avec notamment : Parce que la nuit (2019), Le songe d’une nuit d’été (2018), pour lequel il obtient une nomination au prix Françoise-Graton pour son rôle de Puck, Le Déclin de l’empire américain (2017), Un tramway nommé désir (2015), The Dragonfly of Chicoutimi (2010), Dis merci (2018), Faire des enfants (2011), et Beaucoup de bruit pour rien (2009). En plus de la télévision, Dany s’associe à plusieurs distributions au cinéma : Boris sans Béatrice,  Vic et Flo ont vu un ours, Le météore et Chasse au Godard d’Abbittibbi.

À titre d’auteur dramatique, il a écrit et interprété Je suis Cobain (peu importe) (2010)  et (e), un genre d’épopée (2013) . On lui doit la co-écriture de La femme la plus dangereuse du Québec (2017) et de Descendance (2014) qui remporte le Prix du Salon du livre du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Comme poète. il a écrit deux recueils : Et j’ai entendu les vieux dragons battre sous la peau (2005), nommé au Prix de poésie Terrasses Saint-Sulpice de la revue Estuaire et Voilà (2007), récipiendaire du Prix du Salon du Livre du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

En collaboration avec le théâtre Utopia_3, il conçoit, écrit et interprète, aux côtés de plusieurs autres artistes francophones, le projet Après la peur, mis en scène par Armel Roussel et présenté en Belgique, en France et au Québec.  Il signe également sa première traduction en 2015 avec Nous trois (Drei sind wir) de Wolfram Höll aux éditions de L’Arche.

Depuis maintenant six ans, il enseigne aux acteurs en formation à l’École nationale de théâtre du Canada.


Crédit photo: Julie Artacho

BGL de fantaisie

Benjamin Hogue

Après vingt ans de carrière, le collectif en art contemporain BGL (Jasmin Bilodeau, Sébastien Giguère et Nicolas Laverdière) se voit confier la réalisation de trois projets d’envergure. Le défi est de taille : produire deux œuvres d’art public monumentales – une à Montréal et l’autre à Toronto – et représenter le Canada à la 56e Biennale de Venise. Le moment ne pouvait être mieux choisi pour braquer la caméra sur le trio fantaisiste et jeter du même coup un regard rétrospectif sur une œuvre prolifique et déroutante. Un documentaire aux allures de conte, où s’entremêlent humour, extravagance, onirisme et camaraderie.

Projection en présence de Nicolas Laverdière, du collectif BGL

Simon Gervais

Monteur et concepteur sonore

Simon Gervais est monteur et concepteur sonore de cinéma. Il fait partie de l’équipe de « Bande à part audio » depuis 2006 et a collaboré aux films de Sophie Goyette, Khoa Lê, Anne Émond, Catherine Martin, François Delisle et plusieurs autres. Il poursuit parallèlement des études doctorales qui questionnent la part de l’écoute dans le montage sonore.

Performance Dans nos villes (conception sonore en direct) et conférence avec Sophie Goyette

Maxime Giroux

Réalisateur

Maxime Giroux a réalisé plusieurs courts métrages, dont Le Rouge au sol et Les Jours. Ces films ont été projetés dans plus d’une cinquantaine de festivals et se sont mérités une quinzaine de prix internationaux. Son premier long métrage, Demain, a été sélectionné en compétition officielle à Turin et a obtenu la mention spéciale du jury à Tübingen. Son deuxième long métrage, Jo pour Jonathan, a été présenté dans plus de quarante festivals. En cours de route, Jo pour Jonathan a remporté le prix Gilles-Carle du meilleur film au Rendez-vous du cinéma québécois, le prix de la critique au FNC, le prix Cinéma et City à Thessalonique, le prix du meilleur film au Gotham Film Festival, ainsi que deux prix du meilleur acteur pour Raphaël Lacaille au Gotham et à Whistler. En 2013, Maxime Giroux a réalisé le court métrage La Tête en bas. En 2014, il termine son troisième long métrage, Félix et Meira. Le film gagne le prix du meilleur film canadien au festival international de Toronto et est présenté en compétition officielle au festival de San Sebastian. Il est par la suite présenté dans plus de soixante festivals où il obtient une vingtaine de prix. En septembre 2018, le tout nouveau long-métrage de Maxime, La grande noirceur (The Great Darkened Days) a démarré sa tournée en grand, sélectionné à TIFF, a remporté le prix du Meilleur Film à Calgary et poursuit sa  trajectoire internationale vers Tokyo.

Discussion

La Grande Noirceur

Maxime Giroux
Ciné-club de Laval (en présence du réalisateur et d’un comédien)

En temps de Guerre Mondiale, Philippe (Martin Dubreuil), un déserteur québécois trouve refuge dans l’ouest américain en participant à des concours d’imitation de Charlie Chaplin. La rencontre de personnages sous l’emprise d’une folie destructrice propre en ces temps chaotiques, fera du retour de Philippe à la maison un parcours initiatique halluciné, à la rencontre du rêve américain capitaliste à la fois sombre, fascinant et violent.

Ce quatrième long métrage de Maxime Giroux a, en septembre 2018, démarré sa tournée en grand, sélectionné à TIFF, a remporté le prix du Meilleur Film à Calgary et poursuit sa trajectoire internationale vers Tokyo.

Projection suivie d’une discussion avec Maxime Giroux et Martin Dubreuil

Sophie Goyette

Scénariste et réalisatrice

Sophie Goyette est une scénariste et réalisatrice de 5 courts métrages et un premier long métrage de fiction primés de 13 prix. En première au Festival de Locarno, son 4e court métrage La ronde (2011) est sélectionné pour le Top Ten Canada et remporte six prix dont « Prix du meilleur court métrage de fiction » aux Rendez-vous du cinéma québécois. Son 5e court métrage Le futur proche (2012) a également remporté six récompenses dont le « Grand Prix National » lors de sa première mondiale et fut en compétition internationale au Festival Sundance. Mes nuits feront écho (2017), son premier long métrage de fiction, est récipiendaire du « Bright Future Award » au Festival international du film de Rotterdam 2017.

Conférence

Stéphane Lafleur

Cinéaste et auteur-compositeur-interprète

Stéphane Lafleur est cinéaste de formation et auteur-compositeur-interprète par accident. Ses longs métrages (Continental – un film sans fusil, En terrains connus et Tu dors Nicole) ont été présentés un peu partout dans le monde. Depuis quinze ans, il aiguise sa plume au sein de la formation folk Avec pas d’casque. Il a également écrit des chansons pour Les soeurs Boulay, Tire le coyote, Stéphanie Lapointe et Fanny Bloom.

Performance musicale, suivie d’une discussion


Crédit photo: C. Hayeur

Khoa Lê

Artiste pluridisciplinaire et concepteur vidéo

Cinéaste, artiste pluridisciplinaire et concepteur vidéo, auteur d’œuvres de fiction, de documentaires, d’essais et d’installation, Khoa Lê s’intéresse aux thématiques de l’identité, de l’hybridation et de la mémoire. Son film le plus récent Bà nôi est salué par la critique et reçoit plusieurs honneurs au Canada et à l’étranger. Khoa Lê cherche à créer des objets artistiques qui brouillent les limites du sacré, du banal, du réel et de l’imaginaire. Sa quête de liberté, son désir d’exposer le geste créatif et les pulsions de l’artiste le poussent à transcender les frontières formelles et les codes de représentation. Dans nos villes s’inscrit dans la continuité de cette démarche.

Performance Dans nos villes (direction artistique)

Le chantier des possibles

Ève Lamont | Cinéthique

Surnommé affectueusement La Pointe, Pointe-Saint-Charles est un quartier populaire du sud-ouest de Montréal actuellement pris d’assaut par les promoteurs immobiliers.

Face aux tours à condos de luxe qui poussent comme des champignons aux abords du canal Lachine, les résidents de La Pointe sont menacés d’exclusion par un boom immobilier d’une ampleur jamais vue auparavant.

La communauté de Pointe-Saint-Charles s’accroche et tient bon pour sauver son quartier et son monde. Les citoyens se regroupent et mettent de l’avant leur propre vision d’aménagement urbain, axé sur le développement social et les projets communautaires.

Projection et discussion


Danse

Katya Montaignac

Danseuse, chorégraphe et dramaturge

Katya Montaignac œuvre comme danseuse, chorégraphe et dramaturge en danse. Depuis 1998, elle crée des « objets dansants non identifiés » et signe depuis 2007 la direction artistique des projets de La 2e Porte à Gauche. Reconnue pour concevoir des créations insolites – qu’elle aime appeler des « jeux chorégraphiques » –, elle suscite des collaborations inattendues. Sa démarche artistique tend à repenser l’espace de représentation en danse, la relation au public et la notion d’auteur à travers notamment la mise en jeu d’une diversité de corps.

Docteure en Études et pratiques des arts à l’UQAM, elle est chargée de cours pour le département de danse de l’UQAM et pour le Regroupement Québécois de la Danse. Collaboratrice pour de nombreuses revues, elle est également auteure d’un livre sur Joséphine Baker (2002) et co-auteure des ouvrages : Danse-Cité : Traces contemporaines (2009) et FTA : nos jours de fêtes (2018). Elle fut commissaire en danse pour le offta pendant 7 ans.

Panel d’ouverture


Crédit photo: Julie Artacho

ZEUGMA

Collectif de folklore urbain

ZEUGMA, Collectif de folklore urbain, aussi connu sous l’appellation [ZØGMA], est une compagnie professionnelle de danse percussive qui a bâti sa démarche artistique en s’inspirant d’éléments du folklore québécois et de la diversité culturelle des centres urbains. C’est en fusionnant ces éléments à des gestuelles plus contemporaines, ainsi qu’à d’autres disciplines artistiques, qu’elle en propose une lecture actualisée et un nouvel esthétisme.

Performance Aube


Crédit photo: Svetla Atanasova

Frédérique-Annie Robitaille

Cofondatrice, codirectrice et chorégraphe, ZEUGMA

Chorégraphe et interprète, Frédérique-Annie travaille avec ardeur depuis 2001 au sein de la compagnie Zeugma, Collectif de folklore urbain, dont elle est cofondatrice. Passionnée de danse, elle poursuit des études en danse au Collège Montmorency, puis à l’UQÀM, où elle obtient un baccalauréat en interprétation en danse contemporaine. Elle contribue de manière importance à développer, au sein de la compagnie, une identité gestuelle unique qui métisse la puissance de la gigue à la fluidité du mouvement contemporain.

Performance Aube


Crédit photo: Svetla Atanasova

Joannie Labelle

Compositrice et interprète, ZEUGMA

Reconnue pour sa sensibilité et son «groove» contagieux, Joannie charme par ses qualités de percussionniste et compositrice créative, colorée et énergique. Elle a étudié la percussion et développé sa voix auprès de nombreux maitres et est montée sur scène avec des artistes aux styles variés, passant de Lara Fabian aux Trois Accords. Joannie joint Zeugma en 2017 pour le projet Muses et la création Aube, tout en poursuivant le développement de ses projets personnels.

Performance Aube


Crédit photo: Svetla Atanasova

Mélissandre Tremblay-Bourassa

Interprète, ZEUGMA

Diplômée du Jeune Ballet du Québec, formée auprès de danseurs percussifs de renom, Mélissandre œuvre professionnellement comme interprète et chorégraphe depuis 2003. Elle a dansé, entre autre, pour le Cirque du Soleil et La Bottine Souriante de même que pour les chorégraphes Isabelle Boulanger et Benjamin Hatcher. Mélissandre joint l’équipe de Zeugma en 2017 pour le projet Muses et la création Aube, en plus d’œuvrer à titre de chorégraphe indépendante.

Performance Aube


Crédit photo: Svetla Atanasova

Audrey Gaussira

Interprète, ZEUGMA

Fascinée dès l’adolescence par la musicalité et la pluralité des formes de danses, Audrey fait sa formation professionnelle au Conservatoire de danse de Montréal tout en développant ses compétences dans différents styles de danse au Canada et à l’étranger. Interprète polyvalente, elle dans pour plusieurs productions, puis joint la compagnie Decidedly Jazz Dancework à Calgary avant d’intégrer Zeugma pour les projets Muses et Aube en 2017.

Performance Aube


Crédit photo: Svetla Atanasova

Sarah Bronsard

Interprète, ZEUGMA

Sarah Bronsard trouve son terrain le plus fertile en danse après un parcours en arts visuels et numériques. À travers divers collaborations musicales, robotiques et chorégraphiques, elle développe des dialogues à partir de la danse flamenca où rythmique, intensité, contrastes et codifications entrent en jeu. Elle intègre Zeugma en 2007 pour le projet Aube, tout en terminant un mémoire de maîtrise en recherche-création au Département de danse de l’UQÀM.

Performance Aube


Crédit photo: Svetla Atanasova

Stéphanie Boulay

Interprète (doublure), ZEUGMA

Stéphanie se forme en gigue au sein d’ensembles folkloriques et reçoit une formation à l’École supérieure de ballet du Québec, puis une formation en danse au Cégep de Sherbrooke. Elle obtient son baccalauréat en enseignement de la danse (UQÀM) en 2008 et devient interprète chez Zeugma la même année.

Performance Aube


Crédit photo: Svetla Atanasova

Anne-Marie Kirouac

Interprète (doublure), ZEUGMA

Forte d’une formation collégiale en percussions latines, Anne-Marie débute sa carrière au Mexique avant de cofonder deux groupes de percussion au Québec. Parallèlement à la musique, Anne-Marie est, depuis 2012, animatrice et chroniqueuse culturelle à la radio et à la télé. Elle se joint à l’équipe de Aube en octobre 2018.

Performance Aube


Crédit photo: Svetla Atanasova

Littérature et théâtre

Jonathan Bernier

Écrivain

Jonathan Bernier écrit des pièces de théâtre, des nouvelles et des scénarios. Il s’intéresse à la construction du personnage par le flux de conscience et la description directe. Danserault, son premier texte pour le théâtre, remporte le prix Gratien-Gélinas 2014 remis par la Fondation du Centre des auteurs dramatiques, est nommé texte lauréat 2013-2014 du comité de lecture du théâtre Le Tarmac, à Paris et obtient le prix SACD de la dramaturgie francophone 2015. Présenté pour la première fois en lecture publique lors du festival Dramaturgies en Dialogue 2014, Danserault est également traduit en allemand et en espagnol.

Auteur du conte narré durant la performance Dans nos villes

Dany Boudreault

Comédien, auteur et dramaturge

Conférence

Frédéric Dubois

Metteur en scène et directeur artistique du programme francophone à l’École nationale de Théâtre

Frédéric Dubois fonde dès 1997 le Théâtre des fonds de Tiroirs, dont il est le directeur artistique et avec lequel il signe toutes les mises en scène. Il obtient son diplôme au Conservatoire d’art dramatique de Québec en 1999 et est récipiendaire du prix John-Hirsh 2008, remis par le Conseil des arts du Canada, qui souligne un début de carrière prometteur.

Il signe de nombreuses mises en scène dans les théâtres de Québec d’abord, puis de Montréal. Il met notamment en scène Shakespeare, Jarry, Tchekhov, Réjean Ducharme et Ionesco. Il a recréé le célèbre Vie et mort du roi boiteux de Jean Pierre Ronfard, dans une version de huit heures. En 2015, il présente l’aboutissement de la pièce Five Kings : l’histoire de notre chute.

Il est également collaborateur pendant huit ans au Carrefour internationale de théâtre comme directeur artistique du spectacle déambulatoire Où tu vas quand tu dors en marchant…?  dans les rues de Québec.

Il a été président de l’Association des compagnies de théâtre pendant quatre ans. De 2011 à 2016, il a dirigé le Théâtre Périscope, lieu important de la création à Québec. Depuis 2016, il dirige la section française de l’école nationale de théâtre du Canada.

Panel d’ouverture


Crédit photo: Stéphane Bourgeois

Michel Hellman

Illustrateur et bédéiste

Michel Hellman, né en 1978, est un illustrateur et bédéiste qui vit et travaille à Montréal. Il est l’auteur de Mile End publié aux éditions Pow Pow. Ses récits adoptent une approche s’inspirant de l’anthropologie : l’observation d’un quartier, comme le Mile End à Montréal, ou d’une région, comme le grand nord du Québec. Il tente de porter un regard sincère, attentif aux préjugés, sur les usages, les codes sociaux, l’architecture, le tissu urbain, l’environnement, le paysage.

Son intérêt pour l’art contemporain, l’histoire des cultures autochtones du Canada et les enjeux liés aux régions nordiques l’ont amené à publier deux romans graphiques qui explorent ces thèmes à travers la technique du collage et du découpage: ᐱᖃᓗᔭᖅ – Iceberg (2011) traite d’un accident nucléaire qui a eu lieu en 1968 près d’une base militaire secrète américaine au Groenland (les images ont été réalisées avec du papier ligné déchiré) et Le Petit Guide du Plan Nord (2013) qui illustre notre rapport ambigu avec le Québec boréal (les images ont été réalisées avec des sacs à ordures). Sa plus récente bande-dessinée intitulée Nunavik (éditions Pow Pow) raconte son séjour dans le Grand Nord Québécois. Il travaille en ce moment sur une bande dessinée ayant pour sujet l’histoire du canot.

Conférence

Œuvres en exposition à la bibliothèque

Macha Limonchik

Comédienne

Macha Limonchik a eu des rôles marquants autant à la télévision qu’au théâtre. À peine ses études achevées, elle était déjà en tournée mondiale avec Robert Lepage. Sur les planches du TNM, elle a joué dans Une adoration, La mégère apprivoisée, L’échange, Beaucoup de bruit pour rien, Le Balcon, Caligula. En 2018, nous l’avons vu dans Nyotaimori au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui et elle est également de la distribution de L’Idiot au TNM. Au grand écran, elle fût du long métrage Karmina II (G. Pelletier) et Eldorado (C.Binamé). À la télévision, elle a contribué au succès de Deux frères, L’ombre de l’épervier, Ces enfants d’ailleurs, Pure Laine et L’amour avec un grand A, qui lui a valu une nomination aux prix Gémeaux. Elle a également incarné l’inoubliable Claire de la série La vie, la vie, et toujours sous la plume de Stéphane Bourguignon, elle a marqué le public dans la délicieuse comédie Tout sur moi. En 2014, elle incarne Danièle dans la série de Richard Blaimert Nouvelle Adresse. En 2017, elle tient le rôle de Sarah Dembski dans la série Fatale-Station signée de nouveau par Stéphane Bourguignon.

Performance Dans nos villes (narration)

Hector Ruiz

Poète et professeur de français et de littérature

Hector Ruiz est titulaire d’une maitrise en création littéraire de l’Université du Québec à Montréal. Il a publié trois recueils de poésie et un essai aux Éditions du Noroît. Il a également dirigé le collectif Délier les lieux chez Triptyque. Ses poèmes ont été traduits en anglais dans « New American Writing » et dans « Arc Poetry Magazine ». Il est professeur au Département de français et de littérature du Collège Montmorency.

Atelier


Crédit photo: Benoit Bordeleau

Audrée Wilhelmy

Écrivaine en résidence

Audrée Wilhelmy habite un imaginaire grouillant de bêtes, de femmes sauvages et libres, d’hommes tiraillés par leurs contradictions, de forêts gigantesques et d’océans qui nourrissent, qui avalent. Pour revenir dans le réel, elle construit des chemins de mots, ses personnages la guident dans le décodage d’un monde qu’elle ne comprend pas tout le temps. À travers ses romans Oss (Leméac 2011), Les Sangs (Leméac 2013, Grasset 2015) et Le corps des bêtes (Leméac 2017, Grasset 2018) elle a posé les premiers jalons de ce qui deviendra un univers plus large, porté par les pulsions, la mythologie et les femmes.

Conférence


Performance

Aube, ZEUGMA

Découvrez le second volet de l’enivrant triptyque imaginé par Zeugma !  À l’avant-garde de la danse percussive québécoise, Aube investit à son tour l’espace public et ce, de manière fracassante.

Imprégnez-vous des rythmes grisants engendrés par quatre interprètes qui, influencées par les spectateurs qui les entourent, se libèrent successivement des contraintes qui les freinent. Cette émancipation progressive viendra transformer le vocabulaire gestuel des interprètes, tout autant que le regard que l’on pose sur elles.

Passion et détermination sont au cœur de cette œuvre urbaine qui pousse notre réflexion sur la place accordée aux femmes du XXIe siècle.


Crédit photo: Svetla Atanasova

Le Chœur de Montmorency

Performance de la chorale des employé.e.s du Collège Montmorency, sous la direction musicale de Mireille Taillefer.

[co]motion – Agitateur de culture

L’équipe de [co]motion te prépare un spectacle à l’Annexe3. Salle de spectacle de type «boite noire», c’est l’espace de diffusion qui permet de découvrir les artistes de la relève en chanson et en musique, ainsi que ceux plus établis dont l’expérience recherchée est celle d’un espace permettant différentes configurations. C’est la salle qui permet la proximité entre les artistes et leurs publics, ainsi que les expériences immersives et qui, partant de son look industriel, peut changer de configuration, de décor et d’ambiance selon les événements et spectacles.

Artiste à venir ! Les billets seront en vente sur le site de [co]motion et au guichet de la Salle André-Mathieu

Cycles de Feedback pour Oscillographe

Guillaume Arseneault

Oeuvrant sur les particularités du signal sonore telles que la phase, la fréquence et l’amplitude, Cycles de Feedback pour Oscillographe produit une synesthésie audio visuelle hypnotique de lignes tracées depuis la disparité stéréophonique. Activée par le mouvement, cette installe action d’Oscillographes autonomes cherche à révéler l’intangible exprimé entre l’absence et le court-circuit.

Performance suivie d’une conférence

Dans nos villes

Dans nos villes est un spectacle comme un happening qui, en partant à la recherche du sacré dans nos vies, pose son regard sur les collectivités des grandes cités, sur leur rapport au succès, à l’ambition, au sacrifice et à l’individualisme.

Le cinéaste et artiste multidisciplinaire Khoa Lê a réuni vingt artistes autour du projet à l’été 2018 pour une série de représentations à travers Montréal. Un auteur a tissé un conte en s’inspirant des légendes du Vietnam ; une comédienne en fait la lecture live; sept artistes l’ont mis en image dans des segments vidéo qui respectent leurs visions et démarches personnelles ; une scénographe adapte les projections et la mécanique de représentation à chacun des lieux visités ; et enfin, sept artistes musicaux se relaient jour après jour pour créer le paysage sonore de l’œuvre.

En se modulant aux espaces, aux artistes et aux concepteurs, Dans nos villes se veut une rencontre festive et éclatée entre le public et les artistes pour un mélange des genres, des formes d’art, des démarches et des cultures.

Diapason

Le Festival Diapason c’est un événement unique à Laval qui te permet de découvrir des artistes musicaux alternatifs dans des lieux revampés pour l’occasion !

Et en attendant de pouvoir en profiter du 4 au 7 juillet 2019, Diapason débarque au Collège Montmorency avec un concept d’un lieu atypique une prestation d’un artiste surprise pour te faire vivre une performance intimiste dont tu vas te rappeler toute ta vie !

Escale Montmorency

Spectacle musical multiculturel par des artistes et des étudiants du Collège Montmorency.

Match d’improvisation

Voyez une des quatre équipes du Collège Montmorency en action. Match d’improvisation classique mettant en vedette des étudiante et étudiants du Collège. Équipes à confirmer.

Stéphane Lafleur

Cinéaste et auteur-compositeur-interprète

Stéphane Lafleur est cinéaste de formation et auteur-compositeur-interprète par accident. Ses longs métrages (Continental – un film sans fusil, En terrains connus et Tu dors Nicole) ont été présentés un peu partout dans le monde. Depuis quinze ans, il aiguise sa plume au sein de la formation folk Avec pas d’casque. Il a également écrit des chansons pour Les soeurs Boulay, Tire le coyote, Stéphanie Lapointe et Fanny Bloom.

Performance musicale suivie d’une discussion


Expositions

Espace sans espèces

Karine Payette

Sans espèces. Des espaces. Les espèces n’y sont pas. Et pourtant on sent leur présence partout à travers la nouvelle exposition de Karine Payette. Ses nouvelles installations recréent des espaces qui évoquent les environnements conditionnés tels le zoo, les animaleries, les cabinets de curiosité ou le cirque. Il s’agit de milieux clos qui conditionnent un comportement aliéné de l’animal pour qui il y a une perte de la valeur du temps et de l’espace ; une perte de liberté et même d’existence première. Certes, les installations de l’artiste font appel à ce questionnement sur la domestication des animaux, mais il y est aussi question d’un travail de synthèse de plusieurs recherches esthétiques propres au champ de l’art actuel. Son travail est également tributaire de la grande thématique en histoire de l’art portant sur le vivant, notamment le monde animal.

Visite-conférence le 4 avril

Exposition présentée à la salle Alfred-Pellan (Maison des arts de Laval) du 17 février au 20 avril 2019 (13h à 17h du mardi au dimanche)


Karine Payette

La somme du vide

Daniel Langevin

Les œuvres de Daniel Langevin puisent autant dans la peinture formaliste que dans la culture de mise en marché d’éléments usuels. Le point de départ de cette exposition est le constat du vide qu’offrent les moteurs de recherche d’images sur la toile. Un vide qui émane de la surabondance et de la répétition d’items visuels à la fois semblables et disparates, créant ainsi une espèce de mantra rétinien qui dénature l’objet de la recherche.

Le titre de l’exposition fait écho au principe mathématique de la « somme vide », soit l’addition de zéro, c’est-à-dire rien, comme si l’abondance d’options sur le Web contribuait moins à diffuser et à faire circuler l’information qu’à brouiller les pistes.

Exposition présentée au Foyer de la Maison des arts


Daniel Langevin

Territoires

Michel Hellman

Territoires est une exposition qui rassemble des exemples du travail de Michel Hellman dont la série Plan Nord, réalisée à partir de sacs à ordures découpés qui ont été ramassés dans les communautés innues d’Ekuanitshit et d’Uashat sur la Côte-Nord et Iceberg, réalisé avec du papier découpé, qui raconte l’histoire d’un accident nucléaire survenu dans l’Océan Arctique à la fin des années 60. Michel Hellman présente ici un portrait d’un territoire boréal où la vision idéalisée d’une nature vierge et sauvage – inspirée des tableaux des grands paysagistes canadiens du siècle dernier et du célèbre Groupe des Sept – se confronte à une réalité plus sombre, mais également teintée d’espoir, d’une région en pleine transformation.

Exposition présentée à la bibliothèque du Collège Montmorency à compter du 18 mars


Michel Hellman